brochet lajus pueyo

Pour redonner ses lettres de noblesse à ce bâtiment industriel de 1928, il fallait d’une part comprendre et respecter son code génétique d’origine, et d’autre part le nettoyer des scories que lui avait ajoutés dans le temps les usages successifs.

Remis à neuf, son état d’origine a été modifié, dans l’esprit, en traitant sa façade avec l’attention qu’elle mérite. Le rythme des fenêtres a été harmonisé, par endroits leur taille augmentée affine, et allège la silhouette en gradins d’origine. Ainsi, tout semble avoir toujours été en place, mais une élégance nouvelle est apparue sans qu’on y prenne garde. Rien ne semble avoir changé et pourtant tout a changé, notamment dans les usages possibles pour ce grand vaisseau urbain.

Au rez-de-chaussée, entre ville et jardin, une attention particulière a été portée à l’entrée dans l’ensemble du site. S’inspirant des portes cochères des hôtels particuliers, un tunnel voûté à la géométrie particulière traverse de part en part l’édifice recomposé. Il est axé sur les chais anciens et au-delà sur la maison du fondateur. C’est ainsi que cet ouvrage de charpenterie précieuse, inséré au rez-de-chaussée du bâtiment ordonnance à lui seul l’ensemble du site de Martell. Objet complexe, fait d’assemblage de bois de chêne, de celui dont on fait les barriques, il créé une pénétrante de 35m de longueur.

Depuis la ville, on aperçoit en bout de tunnel le jardin ensoleillé, le long de la voûte de bois clair, les nouvelles fonctions s’adressent : la boutique, l’accueil et les usages futurs font de cette traversée la racine du renouveau possible du monument industriel.

La boutique prend sa place dans ce bâtiment industriel qui, conserve sa rugosité, ses structures anciennes sont laissées en l’état. Le béton est simplement unifié par un lavis. Des matériaux nobles ponctuent l’esprit industriel du lieu et viennent en contraste. Au sol, un béton nouveau lisse comme un miroir, et dans cet univers fait de trames régulières et de matières minérales, les nouveaux usages s’installent comme des îles. Les salons aux courbes douces, les bibliothèques pour les bouteilles précieuses sont conçus comme du mobilier de bois clair et de métaux précieux. Ils colonisent au fil du temps ce grand volume révélé, et s’y installent en nomades, comme des iles aux tonalités douces qui semblent répandre sur toute la surface, et demain dans les étages, le code génétique nouveau que le passage cocher a inauguré.

Ainsi en va l’évolution du bâtiment, pour que tout change, il faut que rien ne change, et que les habitants nouveaux s’installent dans ces vaisseaux de bois précieux en remplacement des machines d’autrefois.

Le site accueille désormais la Fondation d’entreprise Martell.

  • Maître d’ouvrage 
    Martell & C° 
  • Mission  
    Commande privée 
  • Coût  
    4.8 M€ H.T.  
  • Surface du site 
    7 900 m² H.O.N.  
  • Surface total du bâtiment  
    6 200 m² H.O.N.  
  • Boutique tasting-bar et passage  
    690 m² H.O.N.  
  • Architecte mandataire  
    Brochet Lajus Pueyo  
  • Chef de projet  
    Stanislas Elluin 
  • Paysagiste  
    Sabine Haristoy 
  • B.E.T. structure  
    Khephren 
  • B.E.T. fluides 
    Betafluides 
  • B.E.T. vrd  
    Jean Cazenave Géomètre Expert 
  • Économie de la construction et OPC 
    Overdrive 
  •  Crédit photographique 
    Philippe Caumes 

 

gab11

gab12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gab3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gab4