brochet lajus pueyo

Tout projet fait le lien avec son environnement, avec son tissu social et avec l’époque dans laquelle il s’installe et s’inscrit.

Un tribunal à fortiori, doit s’inscrire avec justesse dans le contexte qui lui est proposé.

Faire le lien, ici, précisément à Mont de Marsan, pour l’édifice nouveau, c’est trouver l’harmonie avec un contexte qui n’existe pas. Le projet s‘installe dans un tissu diffus, représentatif du périurbain.

Il devra y apporter « l’urbanité » nécessaire à la vie publique que requiert l’institution, et en même temps faire le lien avec la situation trouvée sur place.

Notre architecture fait le lien avec le contexte direct, et aussi avec la ville de Mont de Marsan dont elle constituera, à distance raisonnable du centre-ville, une des figures nouvelles. Le symbole et le repère urbain qui exigera l’institution : de l’urbanité absente pour l’instant du site, nous importons la forme rigoureuse de l’édifice, et l’idée du parvis et du grand porche d’accueil.

De l’environnement direct, nous retenons l’idée de la forêt, et de la nature, avec laquelle notre conception architecturale entretient un lien direct, comme si le parvis boisé se prolongeait dans le hall ouvert et la salle des pas perdus, en une seule écriture.

  • Maitre d'ouvrage  
    APIJ 
  • Concours restreint, projet lauréat  
    études en cours 
  • Mission 
    Base loi MOP 
  • Coût  
    14 M€ H.T.  
  • S.U. 
    4 000 m²  
  • Architecte mandataire  
    Agence Brochet Lajus Pueyo  
  • Concours / études   
    Philippe Carle / Nicolas Aygaleng / Benoit Cantournet 
  • Acousticien 
    idB Acoustique  
  • Bureau d'études TCE  
    CETAB 
  • Economiste  
    Overdrive 
  • Images de synthèse  
    Sylvain Latizeau